Jardins de Kerdalo (Trédarzec 22)

Imprimer
Créé le 10 septembre 2014

Mi-août j'ai rendu visite à des amis en Bretagne nord et par chance, les jardins de Kerdalo étaient sur mon chemin ! Une aussi belle occasion de les visiter ne se représenterait pas de si tôt... Je n'ai pas été déçue par cette halte bretonne.

 

Un petit chemin sinueux et en pente conduit, à l'ombre de grands arbres, jusque devant le porche qui donne accès au manoir et aux jardins.

 

Oeuvre d'un passionné, le peintre Pierre Wolkonsky, Kerdalo a commencé à voir le jour en 1965. 

 

La bâtisse, une ancienne ferme, en grande partie reconstruite, est somptueuse, bien assise, toute fleurie, flanquée de sa tour carrée où sont exposés des documents sur la genèse du domaine. Des chiens-assis ornent aujourd'hui le toit d'ardoise.

 

 

  

Au bout de la pelouse, en contrebas, on aperçoit par le balcon ouvragé "le jardin des quatre carrés", jardin clos où deux tourelles d'angle subsistent encore.

  

  

 


 

 Apaisante harmonie de roses, gris et bleus où les graminées le disputent aux sauges. 

 

 

Le regard s'étire vers "la lande dorée", autre partie du jardin qui descend vers le lac...

 

 

Nous avons aimé 

  • le magnifique manoir typiquement breton
  • la vue sur "les quatre carrés", ancien potager devenu jardin aux formes symétriques,
  • les terrasse à l'italienne dites "petit Nice"
  • le côté kitsch des rocailles dans la grotte, précédées du pavage sur l'eau
  • les belles calades de galets

 

Nous avons regretté

  • de ne pas pouvoir visiter le jardin des quatre carrés, inaccessible au public
  • l'accueil un peu "raide" de la personne de service...

 

 

  

Les terrasses, herbeuses, très méditerranéennes, voire exotiques avec cyprès, phormium, echium, crocosmia...sises à flanc de colline derrière le manoir. D'agréables perspectives aux tons vifs.

 

 

 

 

Autre ambiance au détour d'un sentier bordé de fougères arborescentes Dicksonia.

Mystérieuse au milieu des gunneras géants on découvre au bout d'un pavage en losange posé sur l'eau la grotte aux rocailles : kitsch mais ravissantes !

 

 

Les jolies sirènes en rocaille de la grotte...

 

Tout aussi exotique est "la pagode", petite structure imaginée par P.Wolkonsky, aérienne au bout d'un bassin où flottent des nymphéas roses. Au printemps belle floraison blanche des arbustes de la haie (exochorda macracanta "the bride")

 

Visite mi-août 2014 

 

L'ensemble à tout la fois reposant, dépaysant et enthousiasmant.  L'eau y tient un grand rôle, courante ou stagnante, sous forme de chutes, de parterres ou de lac et jusqu'au Jaudy, le fleuve côtier qui baigne le bout d'un chemin en pente.

 

Au bout de la promenade on aimerait tant rester sur place...